MALATAVERNE aux portes de Provence

  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE

Accueil du site > Pages Annexes > HOMMAGE

HOMMAGE

Leur excellence rayonne, Malataverne s’exporte...

Quatre sportives et un restaurateur étaient à l’honneur, ce mardi 19 septembre 2017, dans la petite salle du conseil de Malataverne. En hommage à leurs performances de haut vol, qui a permis de faire connaître le territoire communal bien au-delà de ses frontières, la municipalité a souhaité remettre à chacun la Médaille de la Ville. Une cérémonie simple et en comité restreint, mais paradoxalement à l’image de ses personnalités toutes un peu artistes, dont l’âme sensible a su faire partager ce soir-là l’expérience intime qu’ils ont du beau et du savoureux, de la rigueur et de l’excellence, du dépassement de soi hors du carcan des réalités immédiates. Quatre sportives et un restaurateur, tous de haut niveau, ont fait rayonner Malataverne par-delà ses frontières. Entre les quatre murs de l’hôtel de ville, nous sommes un peu partis mardi soir dans les îles britanniques, traversées de long en large par Magaly Gerlat lors de ces championnats mondiaux de billard.
Avec Martine Villeneuve, nous nous sommes ensuite projetés dans un temps pas si lointain, durant lequel il était encore incongru et inédit de monter une équipe féminine de Boules Lyonnaises. Pourtant, si Martine a commencé à jouer c’était pour partager avec son mari ce loisir sportif... Quelques années plus tard, le regard doux mais amusé, elle remporte à plusieurs reprises les concours départementaux.
Idem pour Carole Debanne, qui s’est mise en selle tout récemment sur les conseils de son compagnon cycliste... Voilà que quelques coups de pédales plus tard, elle devient championne départementale du contre la montre et vice-championne de France des + de 40 ans. Elle réitère l’exploit en 2016, confirme en 2017 : elle est aujourd’hui championne départementale du contre la montre et de la course en ligne, et termine 4e au scratch du championnat de France.
Quant à la 4e dame sportive de la soirée, la question se pose : "Qui peut arrêter Amandine Ferrato ?". Depuis qu’elle s’est arrêtée de marcher (revenant d’un tour du monde à pieds...), la traileuse n’en fini pas de courir. Un jour de blues, elle prend ses baskets et fait le tour de la colline de Montchamp en petites foulées... Trois ans plus tard, soit le 10 juin dernier, son ascension fulgurante l’a conduite en Italie : la voilà vice-championne du monde à 3 secondes près ! Depuis, les performances s’enchaînent, la dernière en date étant celle de l’Ultra Trail du Mont-Blanc (31 août 2017) : ce fut encore elle la première tricolore, 3e au scratch féminin, et 57e au général, sur 2 550 partants. Pour ceux qui ne connaissent pas : l’UTMB, c’est le sommet mondial du trail, avec une course de 56 km et 3 500 m de dénivelé positif. Et Amandine l’a conclue en 6 h 29’50’’ (au lieu des 6h40 qu’elle visait...), dans des conditions météorologiques extrêmement dures. Mardi soir, nous étions presque avec elle sous la grêle lorsqu’elle oublie de se couvrir, ne peut alors pas se ravitailler, donc se réchauffer... Et voilà comment quelques secondes d’inattention reculent la victoire de deux places.
C’est sur ce récit inouï que Cyril Fressac enchaîne son histoire à rebondissements multiples, autour de sa première étoile obtenue au célèbre Guide Michelin. Nous voilà propulsés dans des rêveries bien plus réconfortantes, peuplées de cuisses de grenouilles à la cuisson parfaite, notes de miel, de crème de marron, truffes... Car le terroir est nécessairement premier servi, sur le piano du chef du Domaine du Colombier. L’eau à la bouche, nous suivons "après coup" la visite de l’inspecteur passé incognito au Domaine, nous avons la puce à l’oreille au fil des tweets du Guide rouge, jusqu’au dénouement officiel du 10 février 2017 ! Pour "son" étoile, Cyril Fressac rend hommage à toute son équipe, à ses producteurs locaux, ainsi qu’au premier chef du Domaine qui avait dans les années 1980 créé une clientèle fidèle ("aujourd’hui, les petits-enfants d’anciens clients viennent toujours", explique le restaurateur), et obtenu un temps, lui aussi, son étoile. Si vos papilles souhaitent vérifier par elles-mêmes ses saveurs de bonne maison, pensez à réserver un peu à l’avance... Car depuis février, la cadence n’est plus tout à fait la même au Colombier et votre calendrier pourrait mal tomber. Comme il y a quelques semaines, lorsque tout Guerlain a débarqué, nez, égéries et presse féminine internationale compris, pour le lancement de la dernière fragrance du célèbre parfumeur.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF