MALATAVERNE aux portes de Provence

  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE

Accueil du site > Découvrir > Aux portes de Provence

Aux portes de Provence

Naturellement...

Malataverne, aux portes de Provence

À 1h30 de Lyon, Marseille ou Montpellier, Malataverne est, depuis des temps préhistoriques, placée au carrefour d’axes majeurs de circulation. Blottie dans un écrin de verdure aux couleurs lavande, ses 1668 hectares sont ramassés autour de trois reliefs aux versants relativement raides d’Est en Ouest : Roucoules, Montchamp et Navon.
Entre ces massifs escarpés, les voies de circulation Nord-Sud structurent l’espace : ligne TGV, RN7, A7… L’échangeur de Montélimar Sud est en fait situé sur le territoire de Malataverne, à 8 km environ de la « Capitale du Nougat ».

Du côté de Roucoules, il y a près de 50 000 ans, on imagine notre ancêtre néenderthalien jauger la cavale des troupeaux en pleine migration. Chevaux et autres mammifères étaient ainsi livrés à sa traque, orchestrée du haut de la grotte dite de Mandrin, abri remarquable où des campagnes de fouilles archéologiques ont cours depuis plusieurs années.

Plus à l’Ouest, les vues offertes à la cime de Navon valent le détour. Perché à 335 mètres d’altitude, vous dominerez les paysages de la Drôme comme de l’Ardèche, séparés par la ligne majestueuse du grand fleuve Rhône.

Le massif des Couriasses, situé à l’extrême Sud du territoire, constitue une véritable frontière naturelle dont le biotope atypique permet d’abriter une flore préservée et protégée par le CREN (Conservatoire Rhône-Alpes des Espaces Naturels).
Avec Montchamp, situé de l’autre côté des voies de circulation, ils forment les deux vantaux naturels et véritables des portes de la Drôme Provençale !

Un peu d’histoire

À l’origine, le hameau de Rac était le chef-lieu de la commune. Selon certains [1], Rac pourrait correspondre aux trois premières lettres du mot « raccourci ». Cette idée provient du fait que, depuis des temps reculés, un chemin très fréquenté partait d’abord de la Voie Romaine, ensuite de la Voie Royale (ancienne N.7) à la hauteur des Joannins. Il passait au pied de Navon et traversait Rac, pour aboutir au quartier Saint-Joseph à Châteauneuf. Il s’agissait donc d’un raccourci pour aller à Montélimar.
Pour d’autres (plus vraisemblablement), l’étymologie de Rac se réfère à la notion de promontoire. Le hameau, haut perché, domine en effet la plaine de Montélimar.

Que représentent les armoiries de Rac ?

C’est par décret du 4 mai 1891 que le transfert du chef-lieu de la commune de Rac à Malataverne fut officiel. Malataverne, en tant que chef-lieu de commune, est l’une des plus jeunes du département de la Drôme.
On dit que Malataverne pourrait être le diminutif de "mauvaise taverne", c’est-à-dire un endroit où l’on commettait le mal. Toutefois, une autre origine est possible, en référence à la Maltote, impôt que l’on percevait en plus de celles qui étaient imposées.

Retour en haut de page

Malataverne aujourd’hui

Malataverne, aujourd'hui
Attractive, agréable à vivre et idéalement située, Malataverne possède une zone industrielle qui poursuit son essor depuis quelques années.

En pleine évolution démographique (1952 habitants au 1er janvier 2015), la commune se dote de nouveaux équipements. Récemment :

  • agrandissement de l’école ;
  • création d’un centre de loisirs ;
  • extension du réseau d’assainissement collectif ;
  • création d’une structure multi-accueil pour la Petite Enfance, inscrite au sein d’un pôle enfance, jeunesse & loisirs qui inclus des équipements sportifs ;
  • extension de la mairie ; création d’un bureau de police municipale ;
  • aménagements de circulations douces et sécurisées, incluant la création d’une passerelle sur la Riaille ;
  • etc.

Retour en haut de page

Son territoire aux accents provençaux offre aux amateurs de randonnées ensoleillées, une pause goûteuse et paisible. Le GR 429, qui traverse la commune, les conduira de la cathédrale de Viviers, en Ardèche, au monastère d’Aiguebelle.

A moins qu’ils ne préfèrent visiter le vieil hameau de Rac, sa chapelle restaurée, ses ateliers d’artistes, et profiter de la vue splendide offerte vers le Nord, par la place de la Planète !

En partant du village, ils pourraient aussi monter jusqu’à la chapelle de Montchamp en suivant le chemin de croix. C’est alors tout le Sud de la Drôme qui s’offrirait à leur regard.

Au carrefour de la mer Méditerranée, du Vercors, des gorges de l’Ardèche… Tout au long de l’année, Malataverne propose de nombreuses festivités ; des gites et des tables qui fleurent bon la lavande ; et un point de départ idéal pour découvrir tous les plaisirs de Provence.

Pour avoir un aperçu, en images, cliquez : ICI.

Pour organiser vos vacances en Drôme provençale, visitez ce site ami :

La Drôme Provençale
www.dromeprovencale.fr



Retour en haut de page

Retour à la page précédente

Notes

[1] source : Brève histoire de Malataverne de Léon Chaix.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF