MALATAVERNE aux portes de Provence

  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE
  • MALATAVERNE

Accueil du site > Pages Annexes > L’aven des Iboussières

L’aven des Iboussières

L’aven des Iboussières [1], situé dans les collines calcaires qui dominent la plaine de Malataverne, a été découvert par le spéléologue P. Morand en 1991. Un effondrement partiel en 1997 n’a pas permis à Bernard Gély, du Service Régional d’Archéologie, d’en terminer la fouille.

Aven des Iboussières - Eléments de parure ocrés.

Cependant, un mobilier remarquable a pu être rassemblé : il s’agit d’un ensemble de parures et de restes humains, vestiges de sépultures datées par la méthode du Carbone 14 de 10 000 avant notre ère, c’est-à-dire de la période de l’Épipaléolithique. L’analyse des restes humains a permis de montrer que huit individus étaient inhumés : 4 adultes et 4 enfants, dont un nouveau-né d’environ 9 à 10 mois. Leurs ossements, retrouvés dans une couche de terre recouverte d’ocre, étaient accompagnés d’un abondant mobilier funéraire également ocré. Le mobilier lithique, peu abondant, est essentiellement constitué d’un outillage sur lames ou de lames brutes.

L’ensemble des ossements d’animaux (faune non décorée) retrouvé sur le site est constitué d’espèces sauvages qui témoignent du climat tempéré post-glaciaire : aurochs, bison, bouquetin, chevreuil, cerf, élan, sanglier, chamois, panthère, lynx, castor, marmotte, lapin, lièvre, hérisson (identifications : L. Chaix). Excepté l’absence de cheval, elle est comparable à ce que l’on connaît régionalement à la même période. Cependant, plusieurs espèces ne sont représentées que par de petits éléments isolés (griffes, dents, mandibules) qui laissent penser qu’il s’agit peut-être de parures funéraires non décorées.
Le site des Iboussières représente bel et bien une découverte essentielle pour la fin de la période paléolithique, peu représentée dans la Drôme. Il a livré la plus riche collection de parure de l’Épipaléolithique français et une des plus riches d’Europe occidentale (étude des parures : F. d’Errico).


Pour aller plus loin...

Aven des Iboussières - Présentation de Mylène Lert.


À la bibliothèque communale, consultez :

  • Hétéroclite et éclectique : la faune épipaléolithique de l’Aven des Iboussières (Drôme, France) - Étude de Louis Chaix.
  • Mes morts et les morts de mes voisins. Le mobilier funéraire de l’Aven des Iboussières et l’identification de marqueurs culturels à l’Épipaléolithique - Article de Francesco d’Errico et Marian Vanhaeren.


Actualité 2016

JPEG - 56.1 ko
Aven des Iboussières - Conférence du 27 mai 2016

Une conférence était proposée par la commune vendredi 27 mai 2016, à 20h30, au foyer de Malataverne, avec :

  • Patrick MORAND, inventeur du site archéologique ;
  • Mylène LERT, directrice du Musée d’Archéologie Tricastine, de Saint-Paul-trois-Châteaux (www.musat.fr) ;
  • Bernard GÉLY, de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC - Service Régional d’Archéologie).

    JPEG - 120.2 ko
    Conférence sur l’Aven des Iboussières - Vendredi 27 mai 2016, au Foyer Jean-Henri Moulin.

Actualité 2015

Une anthropologue étudie la collection d’ossements, de l’Aven des Iboussières.


Retour à la page précédente

Notes

[1] Présentation de Mylène Lert, directrice du Musée d’Archéologie Tricastine.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF